• Serge

Aperite portas !


Qui aurait pu croire il y a un an qu'un passage du (très démodé tant sur la forme que sur le fond) Lévitique allait rejoindre l'actualité "immédiate" que nous vivons.


En effet, le lépreux dont il est question dans la 1ere lecture devra se couvrir le "haut du visage jusqu'aux lèvres" (c'est notre masque à l'envers !), habiter à l'écart (éviter tout contact !), crier qu'il est impur (aujourd'hui se mettre en quarantaine !) et aller prouver au prêtre qu'il est guéri (avoir un test négatif !).


Habituellement, les commentateurs mettent l'accent sur la double peine du lépreux : non seulement il est malade mais il est est mis à l'écart de la société, une souffrance que nous pouvons ressentir plus concrètement en 2021 qu'auparavant.


L'Evangile nous présente un lépreux qui demande la "purification". Il ne peut pas s'approcher de Jésus et l'inverse est aussi vrai. Ce sont les règles ... sanitaires. Qu'ils vont transgresser l'un et l'autre : 2 x 250 € ?


Arrêtons là la comparaison ! Jésus manifeste comme partout dans l'Evangile que Dieu vient à la rencontre .... et tout spécialement à la rencontre de celui qui est "dehors". Et sa sollicitude est on ne se peut plus concrète puisqu'elle passe par le toucher, l'un de nos 5 sens, corseté aujourd'hui par le principe de précaution.


Le juif saint Paul rappelle que le corset des règles de la Loi quant à la pureté, notamment la consommation de viandes sacrifiées aux idoles doit être dépassée. L'Evangile va être annoncé à tous. Laissez entrer Jésus.... Aperite Portas ! NB. En espérant qu'à nous aussi, certaines portes vont se rouvrir....


Beau dimanche,

Serge, votre curé !

43 vues