Belle fête d'Epiphanie et de Théophanie !

Mis à jour : janv. 3


Que retenir de l'Epiphanie ? Une histoire de cadeaux ? (c'est de saison) ou de Galette (c'est une histoire païenne !)


Les textes de ce dimanche nous mènent au-delà, même s'ils sont très mystérieux. L'Evangile nous parle de mages sans dire qu'ils sont rois. Mage a donné magie et magicien. Seul Mt nous parle d'eux.


Paul nous parle de ce mystère : Jésus coupe l'histoire en deux ! Tandis qu'Isaïe évoque une mystérieuse présence de Dieu, à Jérusalem, au sein de son peuple surtout !


L'épiphanie est surtout théophanie, c'est Dieu qui crée les étoiles. Celle qui brille spécialement dans le ciel, celle que les mages portent en eux et les fait mettre en route... Mais la véritable étoile, c'est Jésus, lumière des nations !


Ils apportent d'étranges cadeaux : pas ceux qu'on attendrait qu'ils donnent à des parents peu fortunés. Ils donnent des cadeaux-signes : l'or offert au roi, l'encens au prêtre, la myrrhe pour ensevelir le mort qui va ressusciter !


Nous sommes envoyés en mission à la fête de l'Epiphanie, vers l'humanité dans toute ses différences et son "universalité". Ne soyons pas statiques comme les grands-prêtres ni jaloux comme Hérode !


Soyons aussi créatifs en Eglise pour nous demander comment nous annoncerons l'Evangile aux générations suivantes. Dans 12 ans, nous fêterons les 2000 ans de Résurrection. Et nous devons prier mais aussi réfléchir communautairement : pourquoi pas à LLN un "Labo Ecclesia 2033" ? Soyons imaginatifs : il se pourrait que l'Esprit nous le demande !


Bon dimanche des chercheurs de Dieu !


Serge, votre curé :


28 vues

Posts récents

Voir tout

Le texte lu à l'Eucharistie de ce mardi 3 août

Il y a dans ce moment si particulier, où tout hésite, bien des raisons de craindre le pire : une pandémie qui n’en finit pas ; le climat qui se désorganise plus violemment que jamais ; une diversité e