• Serge

C'est L'Avent : le premier des 4 dimanches !


Je vous propose ici ma réflexion d'Avent publié dans le feuillet paroissial en voie d'être distribué. Et si vous n'habitez pas le quartier, vous pouvez ainsi en "profiter" !


Retrouver une « vraie » joie ?


Noël est en point de mire et nous attire : nous avons besoin de bienveillance, de chaleur, de liens à retrouver intensément après tant de privations.


Pourtant, la météo changeante du Covid nous place dans l’inconfort de l’incertitude. Depuis près de deux ans, nos habitudes familières ou nos rêves sont comme plombés par l’ombre devenue plus discrète certes, mais toujours bien réelle, de ce mystérieux virus qui rôde.


De plus, la souffrance peut nous appesantir : un souci de santé personnel ou chez nos proches, une rupture dans nos relations familiales, de l’usure ressentie dans des engagements plus intimes, une tension au travail, des conflits au sein d’un environnement familier. Alors, Noël, à quoi bon ?


Heureusement, nous sentons que la vie doit être plus forte que la mort et qu’il faut la célébrer, dans nos cellules rapprochées, familiales et amicales. En Eglise, la préparation de Noël s’appelle l’Avent, un temps de quatre semaines. En paroisse, cela nous conduit à nous souhaiter (une première fois) la bonne année le 28 novembre et à préparer l’avènement de Dieu sous les traits d‘un enfant.


L’on entend parfois affirmer, de manière un peu simpliste, que la crise sanitaire nous aurait ramenés à l’essentiel. Peut-être. Ramener suggère sans doute un peu trop le retour en arrière alors que nous aspirons à regarder au-delà. Et à ressentir une vraie joie, celle des mages à la vue des étoiles ou celle des femmes, porteuses de la nouvelle de la Résurrection.


C’est à la naissance de celui qui ressuscitera que Noël nous convie. La fête nous invite à aller porter au monde cette bonne nouvelle qui nous projette dans le futur et à la vivre au présent. Comme l’écrit Saint Paul aux Philippiens : Soyez toujours dans la joie du Seigneur; je le redis : soyez dans la joie. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.


Bel Avent et déjà un Joyeux Noël qui se pointe à l’horizon !

Serge, votre curé


47 vues