• Serge

Quid de la "célébration des Cendres" ?

Dans une dizaine de jours, nous entrons en carême, un moment important dans notre année liturgique et notre vie de disciples du Christ.


Une fois de plus, nous devons composer avec les règles sanitaires, quant à la jauche de 15 personnes et quant à la forme de l'imposition des Cendres.


Voici la recommandation des "autorités" :

Imposition des cendres en temps de pandémie

Ayant dit la prière de bénédiction des cendres et après les avoir aspergées d'eau bénite sans

rien dire, le prêtre, s’adressant aux personnes présentes, dit une fois pour toutes la formule

telle qu’elle se trouve dans le Missel Romain : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » ou «

Souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras en poussière ».

Ensuite le prêtre se lave les mains et met le masque puis il impose les cendres à ceux qui

s'approchent de lui (ou, si cela est jugé opportun, il s'approche de ceux qui se tiennent debout

à leur place). Le prêtre prend les cendres et les laisse tomber sur la tête de chacun, sans rien

dire.


Nous proposons d'imposer les Cendres lors de 8 (huit) célébrations (il y a donc .... 120 places).

Le mercredi des Cendres 17 février, il y aura 2 célébrations, à 9 h et à 20 h. Puis les 4 (quatre) messes de semaine qui suivent (jeudi 18, vendredi 19, lundi 22 et mardi 23. Pour ces six messes, vous voudrez bien vous inscrire par un E.Mail (comme d'habitude). Cela fait donc 6 x 15.


Puis aussi, lors des 2 messes du dimanche, à 10 et 20 h. Cela fait donc 120 places en tout, occupées de préférence par 120 personnes différentes. Pour les Eucharisties dominicales, vous vous inscrivez via le site (le logiciel Kelmesse). Pour les messes du dimanche, merci de vous DESISTER si vous ne pouvez venir et de le faire A TEMPS ! Chacun comprendra que si vous nous avertissez une demi-heure avant, il n'y a pas d'abord qqn de "garde" 24h/24 de la boîte E.Mail puis il faut le temps d'avertir (à temps !) une autre personne !


Restons en communion, et davantage encore par les temps qui courent !


Serge, votre curé




87 vues