Je compte sur vous et sur la providence qui ne nous a jamais abandonnés ! 
« Abouna » Johny Bahbah, curé.

Genèse d'un partenariat

Louvain-la-Neuve, ville récente et particulièrement riche de sa diversité, incarne une forme contemporaine de Galilée des Nations. Les liens de la ville avec toutes les régions du monde ont été suscités par le rayonnement de l’université. Depuis cinquante ans, la paroisse, puis les paroisses de la cité ont manifesté beaucoup de dynamisme pour accueillir et souvent intégrer pour un moment ou pour longtemps des personnes venues d’ailleurs.

 
Notre ville compte depuis longtemps une importante communauté de chrétiens d’Orient (Liban, Palestine, Syrie...), c’est donc naturellement que notre paroisse Notre-Dame d’Espérance accueille plusieurs familles arrivant de ces zones marquées par de nombreux conflits. En 2018, Ibrahim Shomali, chancelier du patriarcat latin de Jérusalem, était de passage à Louvain-la-Neuve, et de cette rencontre est née l’idée de créer des échanges avec une paroisse de « là-bas ».

 

Depuis, des liens ont été tissés avec la paroisse Saint-Joseph de Jifna et avec son curé, le père Johny Bahbah.

Jifna, où la Sainte famille se reposa sous un figuier

Jifna se situe à environ 8 km au Nord de Ramallah, siège de l’autorité Palestinienne.


Les origines du village remontent à plus de mille ans avant le Christ. L’Ancien Testament le mentionne sous le nom de « Ophni » (Josué 18:24), une des villes données à la tribu de Benjamin. Flavius Josèphe, sous l’occupation romaine, la mentionne sous le nom de « Gophna », rebaptisée ensuite Jifna, c’est-à-dire « les vignes ». Selon une tradition locale, la Sainte Famille, en route vers Jérusalem, se serait arrêtée à la source du village pour se reposer sous un figuier, dont les branches poussent encore de nos jours ! La source alimente toujours le village et est bien sûr dédiée à Marie. La première église byzantine dédiée à Saint Georges y fut construite au sixième siècle, dont les ruines sont encore visibles sur le côté sud de l’église actuelle.


Le curé latin est le père Johny Bahbah, installé depuis 2018. Il est originaire de Amman en Jordanie, où il a décroché un Bachelor of Arts en Administration des affaires, avant d’entrer au séminaire. Après son ordination en 2011, il a été nommé assistant au petit séminaire du Patriarcat à Beit Jala, vicaire de Beit Jala, puis directeur des vocations pour la Jordanie.

Comme vous le savez le village est très ancien, et les chrétiens y sont restés majoritaires pendant plus de 1500 ans ! Le village compte aujourd’hui environ 3000 habitants, dont 900 sont encore chrétiens, orthodoxes ou catholiques. Notre église est dédiée à Saint-Joseph, et a été construite en 1856. L’église orthodoxe Saint-Georges, date quant à elle de 1859.

Johny Bahbah, curé

La vie à Jifna

La région a cependant connu un fort exode des chrétiens durant la deuxième intifada, entre 2000 et 2005. La vie pour les Palestiniens est difficile, même si on est chrétien. Il y a beaucoup de chômage, et le grand voisin israélien impose de multiples tracasseries en tous genres, compliquant grandement même les choses les plus simples.


Une école du Patriarcat Latin est installée dans le village depuis 1856 et accueille presque 200 élèves, chrétiens et musulmans. La paroisse s’attache aussi à maintenir le plus d’activités possible.

Nous organisons des consultations, il y a un groupe de la légion de Marie pour les femmes et les jeunes, des réunions spécifiques pour les jeunes familles, différents groupes pour les jeunes de la classe de sixième jusqu’à la terminale.
« Abouna » Johny

Jifna_02.jpg

Le projet soutenu : rénover la maison paroissiale !

Le groupe « Solidarités » vous propose de faire un don pour aider la paroisse de Jifna à poursuivre ses activités.

« La maison paroissiale a besoin d’une bonne cure de jouvence ! La cure a été restaurée il y a quelques années, mais ce n’est pas le cas de ce lieu indispensable aux activités de la paroisse. J’ai débuté des réparations il y a deux ans, mais il y a encore beaucoup de travail ! » (Père Johny)

Plus spécifiquement, il s’agit de rénover la maison paroissiale qui les héberge et où logent les hôtes.
Concrètement il faut

  • réparer le toit de la maison ;

  • changer le compteur électrique ;

  • rééquiper la cuisine ;

  • acquérir des tables et des chaises, tant pour l’intérieur que pour l’extérieur ;

  • changer trois lits pour les visiteurs ;

  • remettre en peinture.

Le budget est estimé à environ 6000 €.

 

Ce projet est développé en partenariat avec l'ASBL Solidarité-Orient, qui recueille nos dons et les complète avec ses propres ressources.

Appel aux dons et déductibilité fiscale

En pratique, les dons peuvent être faits par virement sur le compte BE48 0015 1620 0027 de Solidarité-Orient ASBL, avec la communication « don paroisse latine de Jifna ».
 

Pour rappel, il est possible de profiter d'une déductibilité fiscale à partir de 40€ !

Plus d'actualités du groupe de solidarités