parole florale "en Avent"

Dernière mise à jour : 4 déc. 2020



Au premier jour de la nouvelle année liturgique, nous nous attendons, comme dans tout commencement, à se trouver face à des textes de commencement. Genèse, Naissance, surprise...


Et bien, NON;



Enfin, OUI, peut-être ? (un "bon belge" me rétorquerait: on dit "non peut-être"...)


Le premier dimanche de l'Avent 2020, avec l'évangéliste Marc, commence par… le dernier soir… !


Et tous les textes du jour, que ce soit Isaïe, Paul ou le psaume, nous parlent d'absence, d'errements ; mais aussi - heureusement - de retour et bienfaits du Seigneur !


La parole florale de ce début d'Avent porte cette marque de dénuement, voire d'aridité de l'attente. Mais la nature et les symboles sont riches, et nous aident à "voir plus loin"...


Voici quelques pistes …




Quand nous ouvrons la Bible aux textes de ce premier dimanche d'Avent


Car tu nous as caché ton visage,

Tu nous as livrés au pouvoir de nos fautes.

Mais maintenant, Seigneur, c’est toi notre père.(Is 63, 16b-17.19b ; 64, 2b-7)


Que ta main soutienne ton protégé (psaume 79 (80) )


Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque,

à vous qui attendez (1cor1,3-9)


Veillez donc,

car vous ne savez pas

quand vient le maître de la maison, (Mc 13, 33-37)



Veillez et priez


Lorsque nous pensons au verbe "veiller", cela nous semble pénible, on pense sommeil, effort... On essaie de trouver une occupation pour "tenir".


Pourtant, nous avons laissé vide et sobre le chœur de l'église, entre l'autel et le premier rang, les dalles, tout simplement.




Pourtant, nous avons ici simplement déposé une seule fleur, dans un livre ouvert non pas sur des textes innombrables, mais sur une image de deux mains et une simple page (presque) blanche avec 2 mots : "veillez et priez" ….


Une seule fleur,

pour donner l'importance de ce qui est à observer,

pas de dispersion dans notre attention, notre veille.


Un lys, avec sa symbolique.

Voici ce qu'en dit un blog spécialisé (interFlora):

On retrouve trace du lys chez les Egyptiens et chez les Assyriens, où la fleur possède déjà un caractère sacré.


Dans l’iconographie religieuse, à partir des croisades, le lys blanc est représenté près de la Vierge, dans la main de Saint Joseph, ou dans les mains de l’archange Gabriel lors de l’Annonciation. La fleur est symbole de l’amour chaste et de la pureté.


La fameuse “fleur de lys”, insigne royal français, devient le symbole de la souveraineté ( "élu " de Dieu) dès le XIIe siècle.


Les 3 pétales de chaque corolle sont l’évocation de la Sainte Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit).


Dans le langage des fleurs, en raison de sa connotation religieuse, le lys blanc est l’emblème de l’innocence et de l’amour pur, tandis que son passé royal en fait un symbole de la noblesse des sentiments. Rose, il marque aussi l’affection et la tendresse.



Dieu nous demande de veiller, de rester é-veillé. Mais Dieu sera là dans son amour et sa tendresse car il nous donne des pistes selon le rôle de chacun.


Des mains ouvertes. De ce que l'on est à ce que l'on reçoit, loin des objets, simplement deux mains d'humain.


Une page sobre, des mots clairs, nos mains tout simplement.


Une ombre mouvante se projette sur la page, effet voulu comme une "impression vivante" de l'Amour de Dieu.

Non, nous ne sommes pas seul.



Simplicité de la veille. Quotidien de la prière. Pas de nécessité d'accentuer les directives, Dieu veille.


Les temps de veille dont Jésus nous parle ici sont des temps vécus chaque jour et chaque nuit.




Le soir, préparer le souper, les bains, les devoirs....


Minuit, temps où les enfants sont déjà au lit mais où l'on termine un dernier sms ou film ...


Le chant du coq, ce moment au-delà de la nuit proche de l'éveil, où certains ont déjà commencé à se préparer pour aller au service d'autres…


Le matin où les baragouinements sont nombreux avant le départ trépidant pour une journée nouvelle…






Le jour ? Est-on vraiment en "é-veil" ?

Ce n'est pas pour rien que nous nous ré-veillons !


Il est simple comme respirer de veiller, donc. C'est notre quotidien.







Une bougie seule, simplement posée sur une table blanche. Ce qui nous éclaire peut aussi venir de l'intérieur et se diffuser, rayonner sans fioriture.


Mais un portier doit faire une démarche active et réfléchie dans sa veille.

S'arrêter, oser le vide pour rendre sa prière active et présente...

Parfois (souvent) il est plus difficile de se centrer que de se disperser...





la couronne



L'avent est un chemin. La destination pourtant n'est qu'un commencement.

Rien n'est jamais figé, comme pour des mails ou SMS où l'on peut indéfiniment ajouter des re- en début de l'onglet "objet" lorsqu'on répond ...



La couronne reprend les 4 dimanches de l'avent qui nous mènent à Noël. Anneau sans début ni fin, permanence.


Simple et pourtant luxuriante, car l'hiver regorge de vigueur.




Du houx par tradition, lisse et piquant, représentant les différents aspects de la personnalité, le féminin et le masculin, mais plante de la force également. Une complémentarité pour une nouvelle (re)naissance.


le chœur



Image magnifique d'un détail de bottichelli avec une nativité toute baroque mais très positive et pleine d'espérance. La vie est devant.



Le chœur est à construire pour accueillir celui qui nous demande de veiller, de préparer sa venue !


Au fil des semaines, venez priez, vous laisser toucher, créer ce chœur qui vous accueille...



Regardez le post "veillez, venez, créez... en pratique" pour votre apport dans ce cheminement !.






et peut-être ajouter un TR- aux futurs mails et sms en complément aux RE- que vous ferez ;-)


L'équipe florale,

Baudouin, Geneviève, Mimi, Maïla et Vinciane

45 vues